Les critères du jeu pathologique

Joueur dépendant aux machines à sous

Pour les aider à déterminer si une personne souffre ou non de jeu compulsif, les professionnels de santé ont peu à peu mis au point divers outils. Les plus célèbres sont ceux présentés dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM IV) mais aussi l'Indice Canadien du Jeu Excessif (ICJE). Tous deux proposent un certains nombres de critères qui rappellent la définitif classique de l'addiction selon Goodman faisant référence à la perte de contrôle, à la préoccupation récurrente pour l’activité et aux efforts répétés pour diminuer ou stopper le comportement.

Les 10 critères du DSM IV

Publié par l'Association américaine de psychiatrie, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM IV) s'intéresse notamment à l'addiction aux jeux d'argent. Il détermine ainsi les 10 critères suivants :
  • le joueur rencontre des difficultés répétés pour résister à l'envie de miser de l'argent,
  • le joueur est contraint de parier des montants toujours plus importants dans le but d'atteindre l'état d'excitation recherché,
  • le joueur tente de manière répétée mais infructueuse de contrôler, de diminuer ou de stopper ses sessions de jeu,
  • le joueur est agité ou irritable lorsqu'il tente de diminuer ou de stopper ses sessions de jeu,
  • le joueur mise son argent pour soulager des humeurs sombres,
  • le joueur tente régulièrement de se refaire lorsqu'il perd de l'argent,
  • le joueur ment pour cacher l'ampleur réelle de ses habitudes de jeu,
  • le joueur enfreint la loi pour financer ses sessions de jeu,
  • le joueur compromet, bouleverse ou désorganise ses objectifs personnels, familiaux ou professionnels à cause du jeu,
  • le joueur attend des autres qu'ils le sortent de situations financières délicates causées par le jeu.
Si une personne répond positivement à 5 des 10 critères précédents, il est alors considéré comme un joueur compulsif.

Les 9 questions de l'ICJE

Développé par le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCSA), l'Indice Canadien du Jeu Excessif (ICJE) se présente comme un outil d’auto-évaluation qui se concentre particulièrement sur les conséquences du jeu via les 9 questions suivantes :
  • Avez-vous parié d'avantage d'argent que vous pouviez vous permettre de perdre ?
  • Etes-vous obligé de parier d'avantage pour ressentir une excitation comparable ?
  • Tentez-vous de vous refaire ?
  • Avez-vous emprunté ou vendu quelques chose pour jouer ?
  • Avez-vous déjà songé que vous aviez peut-être un problème de jeu ?
  • Jouez-vous à cause notamment du stress ou de l'angoisse ?
  • Des personnes ont-elles critiqué vos habitudes de jeu ?
  • Avez-vous rencontré des difficultés financières à cause du jeu ?
  • Vous êtes-vous déjà senti coupable de vos habitudes de jeu ?
A chacune des questions, il est possible de répondre par :
  • jamais (ce qui ajoute 0 point),
  • parfois (ce qui ajoute 1 point),
  • la plupart du temps (ce qui ajoute 2 points),
  • presque toujours (ce qui ajoute 3 points).
Contrairement au DSM IV, l'ICJE distingue 4 catégories différentes :
  • les joueurs sans problème (ayant obtenu un score de 0),
  • les joueurs à faible risque (ayant obtenu un score de 1 ou 2),
  • les joueurs à risque modéré (ayant obtenu un score de 3 à 7),
  • les joueurs pathologiques (ayant obtenu un score supérieur à 8).