Déterminer son niveau de dépendance

Joueur accro au poker

Il suffit de regarder l'histoire de n'importe quel joueur compulsif rencontrant de sérieuses difficultés pour se rendre compte qu'il a nié pendant trop longtemps que le jeu était devenu pour lui une dépendance.

Ce déni se révèle particulièrement courant puisque beaucoup de joueurs pensent simplement se refaire et arrêter ou qu'ils arriveront à être plus attentifs la fois suivante. Malheureusement, toutes les personnes arrivées à ce stade n'arrivent plus à changer notablement leur pratique.

Ainsi, les joueurs pathologiques savent bien au fond d'eux que le jeu est à l'origine de leurs problèmes. Néanmoins, ils restent quand même obnubilés par cette activité, pensent que ses bienfaits sont supérieurs à ses inconvénients et estiment qu'ils parviendront bien un jour à se refaire.

Pour ne pas tomber dans la spirale infernale de l'addiction aux jeux d'argent, il est bon de déterminer régulièrement son niveau de dépendance.

Quelques signes qui ne trompent pas

Tout d'abord, il convient de réfléchir posément sur sa pratique pour tenter d'identifier des critères à risque. Les signes les plus couramment évoqué par les spécialistes sont ainsi le fait de :

  • penser constamment au jeu,
  • parier de plus en plus d'argent,
  • miser des sommes que l'on ne peut se permettre de perdre,
  • mentir à ses proches,
  • négliger sa famille, sa carrière ou ses amis,
  • utiliser ses économies personnelles ou s'endetter de manière à obtenir de l'argent pour jouer,
  • se promettre d'arrêter et retourner jouer rapidement,
  • devenir agressif et nerveux quand on ne joue pas,
  • envisager d'enfreindre la loi de manière à obtenir de l'argent pour jouer.

Tant que vous ne présentez pas les signes précédents, votre pratique reste parfaitement saine. Par contre, à partir du moment où l'un de ses critères vous correspond, il est temps de réagir et de faire bien attention à vos habitudes de jeu.

Des outils d'auto-évaluation

Dès que vous vous rendez compte que votre pratique des jeux d'argent peut être problématique, vous avez tout intérêt à avoir recours à des outils d'auto-évaluation de manière à déterminer avec précision si oui ou non vous avez besoin d'aide. De tels outils, il en existe plusieurs. Néanmoins, nous vous en conseillons particulièrement deux.

D'une part, il y a l'Indice Canadien du Jeu Excessif (ICJE) que nous avons évoqué dans notre article consacré aux critères du jeu pathologique. Développé par le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCSA), il se concentre particulièrement sur les conséquences du jeu via 9 questions permettant de déterminer si vous êtes un joueur sans problème, à faible risque, à risque modéré ou pathologique.

D'autres parts, citons le site web Evalujeu.fr mis en ligne le 5 mai 2015 par la France. Préservant l'anonymat, il vise à évaluer à travers divers questions le risque d'addiction et à donner des conseils pour mettre fin à cette dépendance au jeu.

Parler à des professionnels

Selon le résultat obtenu via les différents outils d'auto-évaluation évoqués précédemment, nous vous conseillons ensuite de prendre contact avec des professionnels. Citons par exemple :

  • le référent jeu excessif que chaque casino se doit de disposer pour informer les joueurs sur les solutions possibles en matière d'accompagnement,
  • les lignes téléphones spécialisés dans les problèmes de jeu comme Joueur Ecoute Info Serivce, SOS Joueurs ou Misez sur vous notamment,
  • les services hospitaliers spécialisés dans l'addictologie.

Vous retrouverez d'ailleurs des informations supplémentaires sur les deux derniers points dans notre article consacré aux organismes d'aide.